Comme le souligne si bien Isabelle Lefèvre-Vallée dans son ouvrage intitulé « L’enfant et la sophrologie », avant l’âge de 2 ans, je cite :

« L’univers de l’enfant se limite à ses parents : d’abord sa mère puis son père. Les perceptions de l’enfant passent par celles de ses parents. Si pour une raison ou une autre, un ou les parents vont mal, l’enfant se l’appropriera. A aucun moment, il ne pourra imaginer ou concevoir la possibilité d’une source extérieure au mal-être ».

Ainsi les solutions que peut apporter la sophrologie sont déterminées par les réponses des parents au sujet de leurs ressentis, de leurs angoisses vis-à-vis de leur enfant. 

Globalement, les séances avec des tout-petits s’articulent autour de la prise de conscience de leur corps, de leurs sens et de leur respiration.

(Durée d’une séance : 15 à 20 min en présence d’un parent).